5G, encore un déploiement en tâches de léopard pour Free mobile ?

Le 4e opérateur aurait-il décidé d'appliquer la recette ayant fait ses preuves (hum) à ses déploiements en 5G ?

Lors du déploiement de son réseau 4G, Free mobile a suivi une stratégie de déploiement en tâches de léopard. Plutôt que d'ouvrir son réseau propre par plaques géographiques en activant des grappes de relais, il a saupoudré ses sites un peu partout, au gré des opportunités, du coût des loyers (les sites en zones péri-urbaines, artisanales le cas échéant, ont été priorisés, au détriment de la couverture en centre villes) ou de la facilité d'installation.

C'était possible uniquement tant que l'itinérance Orange était là pour prendre le relai, et à condition de fournir une qualité de service désastreuse les premières années (les enquêtes ARCEP en témoignent). Et bien que 9 ans se soient écoulés, les conséquences s'en font encore sentir puisque Free a été contraint de quémander une deuxième prolongation de son itinérance...

Il semble à présent que Free suive la même voie pour la 5G. Publicités à l'humour douteux (sandales, effet Weber, douche pour Xavier Niel...), communication outrageuse sur le taux de couverture au lancement (40% de la population... mais en 700MHz et donc avec uniquement un logo 5G en plus à l'écran pour la plupart des "heureux élus" / deuxième en termes de sites 3500MHz actifs / pas d'impact sur les prix des forfaits).

 

Soyons sérieux deux secondes, quelqu'un peut-il expliquer l'intérêt du déploiement ci dessous (exemple de l'Ile de France, décembre 2020) ?

 

Les clients de l'opérateur vont donc profiter de la 5G 700 (couverture logo / fausse monnaie) sur les tâches vertes (aucun intérêt pour la qualité de service), et auront quelques hotspots 3500MHz ici et là (tâches de léopard bleu turquoise) (certains fanboys obsédés du speedtest vont pouvoir ressortir leur tente et camper au pied des relais...). Et sur le reste de la carte, ce sera soit de la 4G sur réseau propre... soit parfois de l'itinérance Orange bridée à 384kb/s, puisque le déploiement n'est toujours pas terminé !

Sans oublier que pour la voix ce sera le ping pong perpétuel 5/4G vers la 3G voire la 2G puisque, malgré les multiples promesses, la VoLTE n'est toujours pas là.

Pendant ce temps, les autres opérateurs semblent déployer beaucoup plus sérieusement, avec plus ou moins de 5G sur bande 2100MHz (là aussi, ne nous y trompons pas, ce sera souvent de la 5G logo), mais par plaques et en mettant l'accent sur la bande des 3500MHz, seule à même de fournir une qualité de service en rupture avec celle de la 4G.

 

Voici la couverture de Bouygues en IDF le 1er décembre 2020 (les tâches en 3,5GHz - bleu foncé - sont certes minoritaires)...

 

... puis 15 jours plus tard avec des plaques encore plus marquées.

 

On peut estimer que la surface couverte chez Bouygues (par plaques !) en 3500MHz a doublé voire triplé entre temps, ce qui n'est pas rien.

Free a bien fait de communiquer sur le thème "nous sommes les 2e en termes de relais 3,5GHz activés", 2 semaines plus tard la musique semble déjà différente et surtout les concurrents affichent bien autre chose que des confettis.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *

Quelle est le troisième caractère du mot 1qf0i ? :