Les ondes des portables sont-elles dangereuses ?

On trouve tout ce qu'on veut sur internet, y compris de quoi se conforter aisément dans sa propre bulle cognitive, dans ses idées préconçues. Les articles alarmistes ou opinions résultant de la mauvaise interprétation des études scientifiques sont légion. Sans parler du complotisme.

Petit point synthétique sur le sujet et anecdote "brûlante"...

ÉTUDES SCIENTIFIQUES

Il existe très peu d'études scientifiques suggérant la nocivité des ondes électromagnétiques. Quand c'est le cas, elles n'ont pas été confirmées / reproduites, donc validées. Le consensus scientique ultra dominant (pour ne pas dire unanime) est donc que les ondes de nos terminaux mobiles, de nos équipements installés au foyer ne présentent AUCUN DANGER.

À la limite, on peut partir du principe que pour limiter tout risque éventuel, il convient d'éloigner le mobile du cerveau (c'est de toutes façons de plus en plus le cas, le mobile étant plus souvent au bout de la main qu'à l'oreille), le cas échéant en utilisant un kit piéton.

Par contre, il est totalement illogique d'invoquer le sacro saint principe de précaution en cherchant à refuser ou au moins retarder l'installation d'antennes relais près des écoles, maisons, entreprises.

C'est au contraire en multipliant les relais (dont les puissances ne sont dans tous les cas que de quelques dizaines de watts cumulés contre quelques milliers pour un émetteur FM ou télé, et qui ne sont jamais situées à proximité immédiate de la tête...) qu'on améliore la couverture et qu'on permet à son mobile de réduire sa puissance d'émission (jusqu'à quelques milli-watts pour un mobile 2G contre 2 watts au maximum, même chose pour un 3G ou 4G contre un plafond à 250-350 milli watts), et au final respecte le principe de précaution.

Il est possible de se reporter à cet article de Que Choisir, toujours d'actualité, pour trouver des précisions et développements sur le sujet.

 

ANECDOTE

Le four à micro ondes a une puissance sans comparaison avec nos terminaux numériques.
 
Dans les temps reculés de la téléphonie (vers 1995 ou peu après), les mobiles n'avaient pas de vibreur intégré, mais on trouvait des accessoires pour pallier ce manque : un boitier doté de deux piles AAA, qui une fois allumé détectait dans un certain rayon - 2-3m maximum - les émissions faites par un mobile au moment d'un appel entrant (en très schématisé, avant qu'il ne sonne, le réseau 2G envoie un message de "paging" aux mobiles du groupe de cellules dans lequel le mobile recherché s'est signalé en dernier, puis le mobile répond une sorte de "oui je suis là", suivent un ensemble d'échanges de "négociation" visant à mettre en place la communication, jusqu'à ce que quelques secondes plus tard la première sonnerie ne retentisse). Autrement dit, ce vibreur externe, porté sur vous, vibrait quel que soit le mobile recevant un appel dans la pièce.
 
Eh bien cet accessoire conçu pour les mobiles 2G (fonctionnant uniquement sur la bande 900MHz à l'époque) réagissait au fonctionnement d'un four micro ondes, neuf (pas endommagé, non affublé de "fuites" d'ondes consécutives à l'usure, aux chocs, au vieillissement des joints...), fonctionnant sur la bande des 2,45GHz, même situé à une distance bien supérieure aux 2-3m prévus.
 
On peut donc dire que le micro ondes était / est potentiellement bien plus dangereux qu'un mobile 2G de l'époque qui fonctionnait souvent à pleine puissance (2 watts) par manque de densité de relais.
 
Mais on ne note toujours pas de problème sanitaire lié au four à micro-ondes alors que cet appareil est dans nos cuisines depuis plusieurs dizaines d'années et qu'il fonctionne généralement avec des gens à proximité, à pleine puissance, et dans une gammme de fréquences choisie pour son pouvoir d'échauffement des molécules d'eau (brrr)...

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec une *

Quelle est la première lettre du mot uqjs ? :